La Joie ça s’apprend et ça se cultive !!!

La joie a des origines multiples, elle est génétique, culturelle, spirituelle, biologique, chimique…Nous ne sommes pas égaux à la naissance dans notre potentiel à éprouver la joie. Et notre éducation a parfois été un frein à l’expression et au développement de celle-ci. Pour autant, il est possible à tout âge d’apprendre à être joyeux et de cultiver cet état intérieur.

Comment la joie se développe en nous?

Le tout petit bébé exprime la joie. Il est câblé pour cela.

S’il arrive dans un environnement avec des parents chaleureux, bienveillants, que ses émotions sont accueillis, un attachement secure pourra s’opérer et favoriser un développement joyeux.

En parallèle s’il a la possibilité de se mouvoir dans l’espace, d’explorer son environnement, de sentir son corps. Tout cela librement et bien les récepteurs à la joie (dopamine, sérotonine, endorphines…) notamment se multiplie et construise un cerveau joyeux.

La joie a besoin d’espace pour s’exprimer ça fait du bruit et ça bouge la joie. Les adultes que nous sommes ont parfois du mal à accueillir les élans joyeux des enfants et ça peut être un frein à la libre expression de cette pétillante émotion.

Si notre environnement n’a pas été favorable au développement de la joie, alors on ne sera jamais joyeux?

Non c’est tout à fait réversible grâce aux qualités plastiques de notre cerveau.

Notre cerveau peut, en effet, se réorganiser tout au long de la vie, on parle de neuroplasticité. Les circuits neurones peuvent se réorganisés et il est même possible aux neurones de se multiplier à nouveau dans certaines zones du cerveau.

Le concept de résilience découle de cette capacité d’apprentissage et de réorganisation infini que possède le cerveau.

Il est donc possible de développer de nouvelles aptitudes tout au long de la vie.

La joie peut s’apprendre et se cultiver, et ce à tout âge ; notons que cela demande quand même un peu de travail.

Et on fait comment alors ?

Dans son livre, les chemins de la joie, Isabelle Filliozat, nous donne 5 clés pour redécouvrir un cerveau joyeux.

La première clé c’est l’expression émotionnel. Etre capable de sentir, reconnaître et nommer nos émotions est essentiel pour vivre joyeux et épanoui. Donc développer notre intelligence émotionnelle. Pour cela il existe différentes techniques de développement personnel et de psychothérapies. Chacun peut trouver ce qui lui convient tant ces champs se sont développés ces dernières années.

La deuxième, c’est la nutrition, 95% de la sérotonine est produite dans l’intestin donc être vigilant à l’équilibre de notre microbiote.
Augmenter les bonnes graisse (oméga 3) réduire les sucres transformé et tous les additifs industriels.

La troisième, c’est la méditation. Qui aide à réparer le cerveau, calme les circuits de stress et développe l’aptitude à la joie.

La quatrième, elle invite également à bouger son corps régulièrement. Par exemple, prendre des postures d’ouverture, d’étirement, sauter en l’air, danser, courir pied nus dans l’herbe, prendre du plaisir dans le mouvement,  tout ceci favorise l’expression de la joie.

Et en cinq, le neurofeedback dynamique est une méthode mise au point au Canada par un psychologue Val Brown il y a presque 30 ans. Et bien cette méthode permet au cerveau d’activer ses propres mécanismes d’apprentissage, de réparation et de résilience. Elle permet de se reconnecter rapidement à sa joie intérieure.

Donc gardons bien à l’esprit qu’il n’y a pas de fatalité et que l’on tout à fait retrouver sa joie intérieur quelque soit notre âge et nos difficultés. Et c’est plutôt une bonne nouvelle non?

Un grand remerciement à RCF pour l’invitation dans leur studio.

Leave a reply