« JOYEUSES FETES A TOUS ! »

Bien que les fêtes de fin d’année n’arrive que dans un mois, Marie Francisci, psychothérapeute, vous propose de partager avec vous quelques idées et outils pour aborder celles-ci avec le plus de sérénité possible.

Il est clair que l’on ressent déjà beaucoup d’excitation dans l’air autour des préparatifs et Marie vous propose de prendre conscience au cours des prochaines semaines des effets que ces fêtes  peuvent induire chez vous en positif mais aussi en négatif.

Pourquoi les fêtes de fin d’année sont-elles à ce point propice à la joie?

Noël est la fête du rassemblement familial. Nous retrouvons nos proches pour célébrer ensemble la naissance du christ pour les chrétiens. Mais aussi le retour de la lumière après le solstice d’hiver ou encore le simple fait de partager ensemble un moment de chaleur et de générosité.

Le réveillon de la St Sylvestre est aussi un rassemblement incontournable de cette période d’entrée dans l’hiver. Il se fait plutôt entre amis celui là et signe la fin d’un cycle et le début d’un nouveau.

Lorsque nous nous saluons, nous touchons, nous regardons affectueusement, nous sécrétons la fameuse ocytocine, l’hormone de l’attachement. Nous nous sentons alors détendu, serein et joyeux et nous profitons pleinement du moment présent.

Un autre phénomène induit la joie, c’est la synchronisation. La synchronisation est une tendance naturelle de tout système vivant à vibrer à l’unisson. Chanter et danser ensemble nous apporte de la joie.

Le caractère spirituel que revêtent ces fêtes nous fait nous sentir reliés les uns aux autres. Quelque soit notre religion et même si nous n’adhérons à aucune. En effet, nous partageons en tant qu’être humain des valeurs communes. Et nous nous reconnaissons à travers celles-ci lors de ces moments de partage et de rassemblement.

Cela veut-il dire que tout le monde est joyeux pendant les fêtes?

Et bien non malheureusement et pour certains d’entre nous, les fêtes sont synonymes de tristesse, d’angoisse ou encore de désespoir. 

Le sentiment d’appartenance est un besoin fondamental de l’être humain. Nous sommes une espèce sociale et depuis la nuit des temps l’exclusion est synonyme de danger.

Même si nous avons parfois besoin de nous retrouver seul pour nous construire, un isolement forcé provoque un sentiment de rejet et/ou d’abandon. Ce qui peut déclencher différents types de troubles psychiques et ou physiques.

Lorsque nous sommes insécurisés intérieurement, que nous sommes sujets à des troubles de l’attachement par exemple, les fêtes comme noël ou la st sylvestre peuvent nous renvoyer avec une grande violence parfois le sentiment que nous ne faisons pas parti du mouvement. Cela bien évidemment pourra être source d’une grande souffrance.

Les conflits familiaux non résolus sont aussi source de stress lorsque le moment du rassemblement arrive. Pour certains, il y a comme un devoir à se retrouver même quand le coeur n’y est pas.

Heureusement, il n’y a pas de fatalité et l’isolement familial n’empêche pas de se créer sa propre tribu et pouvoir vivre le sentiment d’appartenance.

De même, dans le cadre de conflits avec certains membres de sa famille, il est tout a fait possible en faisant un travail en psychothérapie ou en développement personnel de pouvoir dépasser ces conflits. Et remplacer les ressentiments par la compréhension, l’acceptation et le pardon.

Quelques conseils pratiques pour bien profiter et faire perdurer la joie?

Bien que le sentiment de se fondre dans l’unité du groupe, des générations, soit source de joie, il ne faut pas pour autant oublier d’être à l’écoute de soi et de ses besoins pour ne pas s’épuiser pendant cette période.

Faire un check régulier pour voir notre état de détente corporel est nécessaire pour voir si l’on reste en accord avec soi. Se synchroniser avec le groupe c’est bien mais on ne s’oublie pas.

Les repas copieux et bien arrosés vont générer de la fatigue et du stress pour notre corps. Donc on sera vigilant entre les moments festifs à manger plus léger, à se reposer suffisamment et à bouger son corps.

Je vous invite également à être à l’écoute des besoins de vos enfants. Les cadeaux c’est bien mais votre présence attentive c’est essentiel.  Leurs rythmes sont souvent bousculés pendant cette période. Ils se couchent plus tard. L’alimentation est plus riche en sucre aussi et cela a un impact sur leur humeur.

Il y a aussi beaucoup d’excitation avec l’arrivée du père noël et les cadeaux. Tous ces éléments sont des sources de stress pour les enfants. Donc pensez aussi à être à leur écoute

En tous cas, je vous encourage à profiter de ces instants en conscience et dans l’ouverture du cœur. 

Un grand remerciement à RCF pour l’invitation dans leur studio.

Leave a reply